Archives du mot-clé triage

Nouvelle attaque contre le triage de Somain

Alerté par les organisations syndicales, j’ai questionné Monsieur Vidalies, secrétaire d’État aux transports, sur les risques pesant sur les postes administratifs du triage de Somain.

Je reste vigilant et inquiet pour l’avenir du triage.

Ma question

Jean-Jacques Candelier alerte M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, chargé des transports, de la mer et de la pêche sur le risque qui pèse sur de nombreux postes dits « de support » au triage de Somain. La direction SNCF Fret Charbon Acier désire en effet restructurer les tâches administratives en les délocalisant au siège de Lille au mépris de la décision du 10 Mars dernier d’établir « un moratoire sur toutes les évolutions qui pourraient le cas échéant affecter l’activité de triage sur le site de Somain ». En plus d’affecter à nouveau un territoire déjà sinistré par le chômage, cette décision aurait un effet dévastateur pour le triage de Somain, site industriel pourtant qualifié d’ « emblématique » par le secrétaire d’Etat lui-même il y a quelques mois. La volonté de voir le triage survivre et se développer est incompatible avec de nouvelles suppressions de postes et avec de nouvelles réorganisations. De tels projets risqueraient de voir les clients du triage de Somain partir vers le transport sur route et d’aggraver le déclin du fret ferroviaire français. Il lui rappelle que la part modale du rail dans le transport de marchandise était de 17% en 2000 alors qu’elle peine aujourd’hui à rester au-dessus des 10%. Pourtant, le fret ferroviaire consomme 2 fois moins d’énergie/km et émet 6 fois moins de CO2/km que son concurrent routier. Sur le triage de Somain, le temps passe, les multiples demandes de rendez-vous restent lettre morte et aucun projet de financement pour la redynamisation du site n’est prévu. Il demande donc au secrétaire d’Etat s’il compte faire respecter auprès de la direction SNCF sa décision de sursoir à toutes nouvelles réorganisations pouvant affecter l’activité de triage.

vdn-gare-de-triage-suppressions-postes

Cliquez pour agrandir

manif-triage-somain-gare-22

Publicités

Gare de triage : un COPIL inutile ?

Triage COPILJ’ai assisté la semaine dernière au comité de pilotage du projet de redynamisation de la gare de triage de Somain. Je suis fortement inquiet car lors de cette réunion, il a été décidé de ne rien décider, faute d’engagement financier de l’état et de la région et de réelle volonté politique.

Je viens de relancer à nouveau Alain Vidalies par courrier afin qu’il puisse venir sur le site ou recevoir une délégation au ministère. Après plusieurs demandes, celui-ci ne répond toujours pas ce que je ne peux que déplorer.

Le sous-préfet Jacques Destouches a qualifié l’annonce de la SNCF comme relevant « d’une maladresse, d’une étourderie ». Ce discours n’est ni rassurant, ni convaincant.

Plus que des bonnes paroles ou l’énumération de bonnes intentions, ce que nous attendons dorénavant, c’est du concret, des mesures tangibles qui nous permettront de réellement reprendre confiance et se dire que le site de Somain ne fermera pas.

Le gouvernement ne cesse de prôner l’utilité du dialogue social, il est temps de mettre les pratiques en accord avec les discours. Monsieur Vidalies, nous vous attendons.

Vidalies 25 04 16

Une pétition en ligne pour la survie de la gare de triage de Somain

Après avoir déposé une résolution à l’Assemblée Nationale et sollicité plusieurs fois le Gouvernement, je lance avec mes collègues une pétition en ligne pour la survie et le développement du triage de Somain.

signez-la-petitionCliquez sur l’image pour signer.


Mobilisation gare de triage de somainC’est avec stupéfaction que nous avons appris que la gare de triage de Somain est aujourd’hui condamnée à la disparition.

Pourtant, toutes les sensibilités représentées au Comité de Pilotage (COPIL) pour la redynamisation du site la considèrent comme un carrefour européen du fret ferroviaire.

Lors de différentes réunions d’instances représentatives du personnel la direction FRET SNCF a confirmé sa volonté de fermer le triage de Somain. Cette décision condamne purement et simplement le projet de redynamisation du site de Somain dans lequel de nombreux acteurs sont impliqués depuis 2013, date à laquelle la Communauté de Communes Cœur d’Ostrevent a lancé une étude dont les conclusions, rendues un an plus tard, laissaient entrevoir de belles perspectives de développement.

Le site de Somain est amené à devenir, à moyen terme, une zone logistique embranchée, au service de l’ensemble de la politique économique et du développement du territoire. A long terme, la gare devait se transformer en un véritable point de connexion sur les corridors du fret européen pour être une interface au centre d’un trafic composé de différentes filières économiques qui utilisent le fret.

Aujourd’hui, nous dénonçons la volonté de la direction FRET SNCF de passer en force. Il est inacceptable qu’une direction d’entreprise publique puisse se permettre une telle décision sans en référer au plus haut niveau de l’Etat comme aux élus locaux qui auront à prendre en main la situation et gérer les conséquences.

Cette information est d’autant plus incompréhensible que le Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Monsieur Alain Vidalies, expliquait dans un courrier récent que le projet de redynamisation de la gare de triage de Somain et ses enjeux industriels et environnementaux lui apparaissait « emblématique ».

Ce décalage entre les déclarations et les décisions prises dans la pratique jette un discrédit profond sur la parole politique et provoque un sentiment d’incompréhension voire d’abandon parmi les employés du site et la population.

Nous appelons le Président de la République, à faire usage de ses prérogatives auprès de la SNCF pour mettre fin au projet de démantèlement du site ferroviaire. L’Etat, en lien avec la Région, ne peut se contenter de regarder le train de la désindustrialisation passer. Il doit être stratège et à l’initiative de projets réellement progressistes qui répondent aux intérêts de la population et des entreprises.

Monsieur Hollande, nous vous attendons :

  • Pour l’emploi : De 400 emplois il y a 4 ans, le site est aujourd’hui composé d’une trentaine d’employés. Il y a donc urgence à agir pour sécuriser les emplois existants mais également développer le site.
  • Pour l’aménagement du territoire et le développement économique : Le projet de redynamisation du site permettrait aux industries du Douaisis de tirer profit de coûts avantageux pour le transport de marchandises et serait une grande et belle vitrine ferroviaire pour l’ensemble de notre territoire.
  • Pour l’écologie et la réduction des gaz à effet de serre. Le rôle des pouvoirs publics s’élargit encore avec la prise en compte des externalités du transport sur l’environnement. Ce projet de redynamisation permettrait également de réduire les gaz à effet de serre. En effet, en France, le fret ferroviaire consomme 2 fois moins d’énergie/km que le transport routier et émet 6 fois moins de CO2/km que son concurrent routier.
    Tous ensemble, mobilisons-nous pour défendre le fret ferroviaire et la gare de triage de Somain.

Jean Jacques CANDELIER, Député du Nord

Julien QUENNESSON, Maire de Somain

Alain BRUNEEL, Maire de Lewarde

Charles BEAUCHAMP, Conseiller Départemental

 

Mobilisation pour la défense du triage de Somain

Le 26 Mars 2016, une manifestation à réuni plus de 500 personnes dans les rues de Somain pour défendre la gare de triage et affirmer que ce site industriel a un avenir.

A lire également  : 
> Triage de Somain : Un COPIL inutile ?
> Une résolution à l’Assemblée nationale
> Une pétition en ligne pour la survie de la gare de triage.
> Conférence de presse pour défendre le fret ferroviaire


tract-jean-jacques-candelier-26-mars

Les photos de la manifestation

Résolution pour défendre le fret ferroviaire de Somain

J’ai déposé une résolution à l’Assemblée Nationale – estimant urgent d’apporter des réponses politiques face à la stratégie de la direction FRET SNCF concernant la gare de triage de Somain.

A lire également  : 
> Triage de Somain : Un COPIL inutile ?
> Manifestation du 26 mars : non à la fin du triage
> Une pétition en ligne pour la survie de la gare de triage.
> Conférence de presse pour défendre le fret ferroviaire

 

N° 3549

_____

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

QUATORZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 3 mars 2016.

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

estimant urgent d’apporter des réponses politiques face à la stratégie de la direction FRET SNCF concernant la gare de triage de Somain,

présentée par Mesdames et Messieurs

Jean-Jacques CANDELIER, François ASENSI, Alain BOCQUET, Marie-George BUFFET, Patrice CARVALHO, Gaby CHARROUX, André CHASSAIGNE, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE et Nicolas SANSU,

Député-e-s.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Mise en service en 1846 par la compagnie du chemin de fer du Nord, la gare de Somain abrite depuis 1954 une trentaine de voies de triage en grande partie électrifiées, ce qui en fait un des sites les plus importants au Nord de la France.

Promise à un avenir national, cette gare de triage comptait 400 salariés il y a quatre ans. Pourtant, au lieu d’utiliser le potentiel de ce site au profit du développement économique du territoire, celui-ci a été « trop longtemps laissé en jachère » selon les mots du sous-préfet de Douai.

Conscient des enjeux écologiques et industriels, une étude a été lancée en 2013 par la Communauté de communes Cœur d’Ostrevent afin de redynamiser le fret ferroviaire de Somain. Les conclusions rendues en 2014 laissaient entrevoir de belles perspectives de développement.

Selon cette étude, le site de Somain est amené à devenir, à moyen terme, une zone logistique embranchée, au service de l’ensemble de la politique économique et du développement du territoire. À long terme, la gare devait se transformer en un véritable point de connexion sur les corridors du fret européen pour être une interface au centre d’un trafic composé de différentes filières économiques qui utilisent le fret.

Une décision récente de la direction FRET SNCF qui programme l’arrêt de l’activité du triage sur Somain condamne purement et simplement ce projet de redynamisation qui a su pourtant mettre d’accord toutes les sensibilités représentées au Comité de pilotage (COPIL).

L’État, en la personne du sous-préfet, est également impliqué dans ce projet de redynamisation. Le secrétaire d’État chargé des transports, de la mer et de la pêche, le qualifie d’ailleurs comme étant « emblématique », ajoutant qu’il correspond à « une approche pragmatique qui a permis d’identifier les actions concrètes et réalistes répondant aux besoins exprimés, pour pérenniser une activité de triage à Somain mais également pour trouver les pistes de diversification d’activités sur ce site afin de le redynamiser ».

Nous, signataires de la présente résolution, ne pouvons accepter le passage en force de la direction FRET SNCF, EPIC détenu par l’État qui est l’actionnaire unique.

Il est inacceptable qu’une direction d’entreprise publique puisse se permettre une telle décision sans en référer au plus haut niveau de l’État comme aux élus locaux qui auront à prendre en main la situation et gérer les conséquences.

Nous considérons que l’État ne peut se contenter de regarder le train de la désindustrialisation passer mais qu’il doit être stratège et à l’initiative de projets réellement progressistes qui répondent aux intérêts de la population et des entreprises.

En ce sens, nous appelons l’État à agir auprès de la SNCF pour mettre fin au projet de démantèlement du site ferroviaire.

Outre l’aspect inacceptable de cette décision brutale de la direction FRET SNCF, la responsabilité de l’État est engagée à plusieurs niveaux :

– 1° Pour l’emploi : De 400 emplois il y a quatre ans, le site est aujourd’hui composé d’une trentaine d’employés. Il y a donc urgence à agir pour sécuriser les emplois existants mais également développer le site. La gare de triage est implantée au cœur du Douaisis, un territoire qui a déjà largement subi les stigmates de la désindustrialisation avec les fermetures de la centrale d’Hornaing, d’Usinor-Denain, et récemment la baisse des activités de Saint Gobain Glass à Aniche.

– 2° Pour l’aménagement du territoire et le développement économique : Le projet de redynamisation du site permettrait aux industries du Douaisis de tirer profit de coûts avantageux pour le transport de marchandises et serait une grande et belle vitrine ferroviaire pour l’ensemble de notre territoire avec un projet basé sur la multi-modalité (rail-fluvial-route). Le transport est l’artère de l’industrie, cette gare de triage est un véritable atout pour le développement industriel, notamment avec la perspective de réalisation du canal Seine Nord.

– 3° Pour l’écologie et la réduction des gaz à effet de serre : Le rôle des pouvoirs publics s’élargit encore avec la prise en compte des externalités du transport sur l’environnement. Ce projet de redynamisation permettrait également de réduire les gaz à effet de serre. En effet, en France, le fret ferroviaire consomme 2 fois moins d’énergie/km que le transport routier et émet 6 fois moins de CO2/km que son concurrent routier. Pourtant, ces dernières années nous avons été témoins d’un transfert massif du rail vers la route. De 2000 à 2013, la France est passée au dernier rang européen sur le fret ferroviaire, réduisant son transport de marchandises par le rail de près de 50 %. Le projet de redynamisation de la gare de triage s’installe au cœur des objectifs, des débats et des préconisations, du grenelle de l’environnement, de la transition Energétique et dernièrement, de la COP 21.

Sens de la proposition de résolution :

Le cas de Somain illustre une dynamique en cours sur d’autres territoires. Les logiques de casse du Fret ferroviaire sont à l’œuvre en Lorraine, à Miramas, ou même à Dunkerque où un nouveau projet de restructuration est en cours. La SNCF qui est son propre concurrent sur la route avec Géodis ferme les triages, abandonne les matériels et supprime les emplois de cheminots du Fret.

Il est urgent, dans cette perspective, que la parole publique retrouve un sens. Les engagements pris à plusieurs reprises par les représentants de l’État et du Gouvernement doivent se concrétiser en actes forts pour permettre la survie et le développement de la gare de triage de Somain. Laisser perdurer un décalage entre les déclarations politiques et les décisions prises dans la pratique ne ferait qu’accréditer le sentiment d’abandon parmi la population.

Afin que ce projet de redynamisation se réalise, il est incontournable que l’État intervienne politiquement pour mettre un coup d’arrêt à la volonté funeste de la direction FRET SNCF. Il faut également que les collectivités territoriales, la région, mais aussi l’État et l’Europe interviennent financièrement, rapidement et concrètement.

Nous sommes à la croisée des chemins, où les choix politiques et économiques que nous allons prendre acteront la société que nous laisserons à nos enfants ! L’État doit donc prendre ses responsabilités et intervenir très rapidement dans ce dossier stratégique et brûlant.

Nous proposons donc que l’Assemblée nationale se prononce pour une intervention publique d’urgence afin de garantir la survie et le développement de la gare de triage de Somain.

PROPOSITION DE RÉSOLUTION

Article unique

L’Assemblée nationale,

Vu l’article 34-1 de la Constitution,

Vu l’article 136 de son Règlement,

Considérant ses enjeux économiques, industriels et écologiques, souhaite voir le projet de redynamisation de la gare de triage de Somain financé et concrétisé.

Par voie de conséquence, estime urgente l’intervention de l’État pour mettre un coup d’arrêt aux volontés de la direction FRET SNCF de stopper l’activité de triage sur Somain.

Gare de triage : conférence de presse pour défendre le fret ferroviaire

Gare de triage Somain JJCCe lundi, avec Julien Quennesson, Maire de Somain nous avons invité les Maires des communes du Douaisis, les Conseillers Départementaux et Régionaux ainsi que les députés M Dolez et T Lazaro à venir s’exprimer sur l’avenir de la gare de triage de Somain.

Malgré les engagements pris depuis de nombreuses années pour redynamiser la gare de triage de Somain, la direction FRET SNCF aurait décidé de l’arrêt de l’activité de tri sur le site.

Avec le conseiller général Charles Beauchamp, le maire de Lewarde Alain Bruneel, l’adjointe de la mairie de Somain Michelle Blanquet, nous avons affirmé notre opposition à ce projet de fermeture en dressant des perspectives de mobilisation. Nous serons également solidaires des syndicats qui défendent leur outil de travail.

Tous ensemble, refusons la disparition de la gare de triage de Somain.

Gare Somain  Gare triage VDN