Stora Enzo et ArjoWiggins : le Gouvernement doit agir !

J’ai alerté récemment le ministre de l’économie sur la situation des papeteries de Stora Enzo à Corbehem et d’Arjowiggins à Wizernes dont les difficultés semblent tantôt distinctes, tantôt jointes.

J’ai également signé la pétition pour la reprise de l’Aa – ex ArjoWiggins à Wizernes que vous retrouverez en cliquant ici.

Quelques extraits de mon courrier :

Nous venons de célébrer le triste anniversaire des deux ans de l’arrêt du site de Stora Enzo, usine possédant pourtant la MP5, un monstre de production pouvant produire 330 tonnes par an de papier magazine et publicitaire par an.

Depuis, cette multinationale finlandaise a reçu plusieurs offres de reprises, qui ont toutes avorté. Certaines étaient pourtant solides et avaient reçu le soutien de l’Etat et de la Région comme le projet très abouti de double A rejeté au printemps dernier.

Une dernière offre de Green Eléphant vient également d’être rejetée par le groupe finlandais alors que le représentant de ce potentiel repreneur, François Vessière, est précisément l’ancien directeur d’Arjowiggins, site pour lequel une offre de reprise est également sur la table.

Nous sommes donc en présence d’un repreneur qui veut acheter, et d’un vendeur qui ne veut pas vendre. Cette situation, en plus de condamner les sites industriels et les familles des travailleurs touchées par ces décisions, se fait au mépris total des règles de « la concurrence libre et non faussée » pourtant promue par les tenants du libéralisme en France et en Europe.

Les conditions sont aujourd’hui réunies avec cette offre de reprise pour que de la pâte à papier sorte du site de l’Artois et puisse alimenter le site de l’Audomarois, dans une vision industrielle reposant sur la complémentarité des deux sites.

 La seule entrave qui demeure semble être la non-coopération des propriétaires français et finlandais qui verraient d’un mauvais œil l’arrivée d’un nouveau concurrent en capacité de nuire à l’hégémonie des groupes dans la production de papier. La recherche d’un repreneur semble pour eux relever d’avantage d’une stratégie de communication destiné à empêcher la reprise de la production que d’une réelle volonté de faire survivre les sites.

L’Etat, en partie actionnaire de SEQUANA, le propriétaire français d’Arjowiggins, ne peut rester les bras croisés face à cette supercherie.

Dans ce contexte, j’en appelle à votre responsabilité politique.

Comptez-vous appuyer fermement les projets de reprises sérieux qui se présentent pour ces deux sites industriels ?

Si la non-coopération des propriétaires persiste, quelles mesures comptez-vous prendre pour assurer la reprise de ces sites afin de répondre à des besoins de productions papiers biodégradables liés notamment aux dispositions à mettre en œuvre dans le cadre de la COP21 ?

Le défi du remplacement des emballages plastiques par des produits papiers induit des milliers d’emplois potentiels à créer.

L’état peut et doit exprimer une volonté politique forte dans ce dossier.

Arjo wiggins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s